Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:28

La liste ci-dessous indique les projets et les réalisations marquantes dans le domaine de l'intelligence artificielle. La quasi-totalité de ces travaux ont été accomplis aux États-Unis et il est à noter qu'une bonne part d'entre eux ont été financés par l'armée américaine. L'un des principaux financeurs de ces travaux fut la DARPA (Defense Advanced Rechearch Project Agency) célèbre pour avoir initié le réseau Arpanet qui a donné naissance à Internet.

  • Logic Theorist (1956) - Ce programme informatique est considéré comme le premier relevant de l'intelligence artificielle. Sa fonction première est la démonstration de théorèmes : une hypothèse de base est définie et subit alors toute une gamme de manipulations élémentaires conformes aux lois de la logique. Après un nombre indéfini d'opérations, le programme abouti (ou non) au résultat recherché. Logic Theorist démontra 38 des 52 premiers théorèmes du 2e chapitre des « Principia mathematica ». Le théorème 2.85 faisait même l'objet d'une démonstration plus élégante que celle des auteurs.

  • Global Problem Solver ou GPS (Système général de résolution de problèmes) (1957) - Etait un résolveur de problème universel. N'importe quel problème formalisé pouvait en principe être résolu par GPS, par exemple des preuves de théorèmes, des problèmes géométriques et des parties d'échecs mais également des casse-têtes et des décryptages de codes secrets. Le GPS sera abandonné en 1967.

  • LISP (LISt Processing ou traitement de listes) (1958) - En s'inspirant du langage IPL, John McCarthy inventa au MIT le LISP, qui devint le langage universel de l'IA. En effet, les qualités du LISP en matière de gestion de mémoire et de représentation lui permirent de supplanter ses concurrents comme l'IPL ou le COMIT. Toutefois, LISP ne devint réellement attractif qu'à partir de 1970.

  • Perceptron (1958) - Le Perceptron fut le premier modèle opérationnel de réseau de neurones en se montrant capable d'apprentissage en modifiant ses connections synaptiques. Grâce à une procédure inventée par Frank Rosenblatt, l'apprentissage du Perceptron se faisait par correction d'erreur, en modifiant les coefficients de poids des signaux entre les cellules (sujet abordé dans les parties précédantes).

  • ANALOGY (1963) - Tom Evans a créé ce programme en se fondant sur l'idée que le cerveau humain, devant une situation donnée, ne raisonne pas selon les voies de la logique, mais en essayant de trouver des ressemblances avec des problèmes déjà rencontrés. Il a tenté de simuler l'aptitude à chercher des ressemblances grâce à ce logiciel capable de trouver des analogies avec ses éxpériences passées.

  • Shakey (1969) - Shakey fut le premier robot ayant fait l'objet de publicité dans le grand public, à la suite d'un reportage très sensationnaliste de la revue Life, qui l'avait baptisé la première personne électronique. Shakey était également censé pouvoir circuler sur la lune pendant plusieurs mois sans recevoir une seule directive de la terre ! Shakey était un cube monté sur roues, équipé d'un bras, d'une caméra vidéo et d'antennes de liaison radio. Il se déplaçait dans un micromonde constitué de 7 pièces reliées par 8 portes, contenant des boites carrées. Celles-ci étaient contournées, déplacées ou empilées en fonction des instructions que le robot recevait par un clavier. Shakey avait une procédure de contrôle nommée STRIPS, qui était un perfectionnement du General problem Solver, et qui constituait sa principale innovation. Le projet Shakey avait pour objectif de créer un robot capable d'enchaîner une série d'actions : circuler dans une pièce pour trouver un bloc, le déplacer au sommet d'une plate-forme après avoir poussé un plan incliné contre elle, et ainsi de suite. En fait, Shakey devint seulement capable de réaliser ces actions de façon indépendante avec une forte probabilité d'échec. Constatant que les objectifs du projet étaient hors de portée, la DARPA mit fin au financement de ces travaux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires