Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:14

Afin de comprendre les objectifs de l'IA et ses performances aux fils des époques, il est nécessaire d'en dresser l'évolution.

Le chapitre sur l'évolution des capacités matérielles de l'époque était capitale afin de pouvoir bien replacer les origines de l'IA dans le contexte technique et matériel de l’époque. Il est important de se rendre conte que les ressources n'étaient pas les même qu'aujourd'hui et que bien souvent les avancés dans le domaines de l'IA sont dictés par celles d'autres domaines...

 

Durant la seconde guerre mondiale, d'énorme progrès ont été faits en cryptographie et en décryptage. Les efforts pour surprendre les transmissions ennemies ont amené à utiliser de plus en plus de machines et à en concevoir de toujours plus puissantes afin de constamment mieux déchiffrer... ; sans le savoir, les savants de l'époque construisaient les premiers ordinateurs.

7 histoireIA 1Une machine à décrypter de la 2e guerre mondiale


Un peu plus tard, on se rendit compte de l’immense potentiel des ordinateurs, qui n'étaient jusqu’alors que d’énormes machines à calculer, dépourvue d’interactivité.

Au même moment, certains commencèrent à se pencher sur une idée bien spéciale : insuffler un souffle de vie à un ordinateur. Une nouvelle discipline allait émerger : l’intelligence artificielle !

Officiellement, l'intelligence artificielle a vu le jour à l'occasion des conférences de Dartmouth durant l'été 1956, réunissant des scientifiques de haut niveau, dont McCarthy, Minsky, Shannon, Newell et Simon qui se proposaient de réaliser des programmes d'ordinateur doués d'intelligence. A cette occasion l'expression « Intelligence Artificiel » fut choisie par John McCarthy, qui introduit également en 1958 le langage LISP.

 

Quelque temps auparavant, en 1950 : le mathématicien britannique Alan Turing publie, dans le journal philosophique Mind, un article intitulé Computing Machinery and Intelligence. Dans cet article, il décrit un test (Test de Turing). Ce test consiste à faire communiquer un individu avec un interlocuteur invisible à travers un terminal d'ordinateur. L'individu doit alors deviner si son interlocuteur est un être humain ou un système imitant la forme d'intelligence d'un être humain. Le but du test est de déterminer si le système d'IA est intelligent. Considéré par beaucoup comme l'un des fondateurs de l'informatique, Turing est également un des précurseurs de l'IA . Le teste sera analysé plus en profondeur dans une partie suivante.

 

Les premiers chercheurs en intelligence artificielle commencèrent par limiter leurs recherches à des domaines précis, le tout par essais et erreurs. En résumé, ils voulaient délimiter, à l’époque, ce qui était possible de ce qui ne l’était pas. De nombreux programmes expérimentaux ont vu le jour. On cite entre autres « Logic Theorist » de Hebert Simon et Allen Newell, qui pouvait démontrer des théorèmes mathématiques. Ensuite, ils se penchèrent sur une partie fondamentale de l’intelligence : l’apprentissage. Leurs recherches se soldèrent par des programmes pouvant jouer au échecs ou aux dames et des programmes pouvant reconnaître des formes.

 

 

Appartenant aux dates importantes, on notera en 1959 l'élaboration du GPS (General Problem Solver), dans le but de construire un résolveur de problème universel. N'importe quel problème formalisé pourait en principe être résolu par GPS, par exemple des preuves de théorèmes, des problèmes géométriques et des parties d'échecs...

L'échec du GPS, abandonné en 1967, marquera le début d'une période où l'IA perdra de sa gloire, il y sera particulièrement dénoncer les sommes importantes dépensées par le gouvernement US pour le développement de l'IA. Les premiers succès auront vite montré leurs limites, et beaucoup de biologistes et d'informaticiens jugeront les objectifs premiers de l'IA trop optimistes.

Durant les années 70, de nombreuses nouvelles méthodes de développement de l'IA sont testées. En 1971, le langage PROLOG est crée par Colmerauer, comme Lisp, celui-ci est portée sur l'intelligence artificielle.

1974 verra l'avènement des premiers systèmes experts , dont le plus célèbre MYCIN (Edward H. Shortliffe), conçu pour l'aide au diagnostic et au traitement de maladies bactériennes du sang. En 1979, Mycin sera considéré par le "Journal of American Medical Assoc" comme aussi bon que les experts médicaux.

La même année, le premier robot piloté par ordinateur est conçu.

On notera également dans les années 70, l'abandon des subventions versées par les gouvernements (US pour la plupart) pour quelques programmes de recherche en IA.

 

 

Avec l'efficacité prouvée des systèmes experts, les ventes de matériels IA (hardware ou logiciel) grimpent en flèche. L'IA commence à intéresser les grandes firmes (Boeing, General Motors, etc).

De nouvelles branches de l'IA font leur percée sur le marché, notamment celui de la vision par ordinateur. Ces travaux visent à relier l'ordinateur avec le monde qui l'entoure, tout particulièrement avec l'utilisation d'une caméra coordonnée à l'ordinateur et l'emploie de la reconnaissance de formes mais aussi de la reconnaissance vocale... Ces procédés simulent une interaction avec l’environnement, un projet récent très réussi, utilisant cette technologie est le projet natale surnommé par la suite Kinect. C'est un équipement ajouté à la console Xbox 360 de Microsoft permettant de jouer avec son corps, c'est à dire sans manette, rien que par reconnaissance de mouvement de la machine. Une vidéo est disponible dans les liens du menu.

 

L’intelligence artificielle, marqué par le démarrage de la discipline, a connu un essor important pendant les années 1960, avec des résultats significatifs. Durant les années 70 se posent les bases en ce qui concerne la représentation de la connaissance, le raisonnement et la robotique, les attentes restent grandes, supportée par l'optimisme exagéré des chercheurs. Les années 80 sont marquées par l'arrivée de l'intelligence artificielle dans la vie économique, mais à la suite de résultats décevants par rapport aux capitaux investis dans le domaine, son succès s’estompa dès le milieu des années 1980, s'accompagnant d'une désillusion de la part de la population face aux réalisations pratiques de l'IA qui furent en deçà des espérances...

 


Au début des années 90, les progrès ont repris sur le mode exponentiel avec la généralisation des ordinateurs de bureau, des réseaux de télécommunications et des matériels incorporant de plus en plus de solutions IA liées à des besoins. De nouvelles techniques de programmation ont évolué ou se sont développées grâce à l'intelligence artificielle. Le but étant de simuler l'intelligence, certains programmes s'inspirent par exemple du fonctionnement des neurones dans le cerveau humain.


De nos jours, l'intelligence artificielle est en pleine expansion et a pris une place importante dans la culture populaire, notamment à travers les œuvres de science-fiction.

Les sous disciplines de l’intelligence artificielle se multiplient et celle-ci devient de plus en plus spécialisée. Plusieurs approches sont utilisées pour construire des machines intelligentes et les objectifs se font plus spécifiques, la plupart du temps. Toutefois, bien que nous ayons plusieurs robots répondant aux critères de l’intelligence artificielle faible : joueur de flûte, serveuse, ..., aucun n'a su se montrer à la hauteur d’un être humain et correspondre au rêve des scientifiques et des romanciers : une intelligence autonome, intuitive et adaptée à toutes les situations ; que nous ne vivons pour le moment que dans la fiction.

Partager cet article

Repost 0

commentaires