Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 17:52

 

L'intelligence artificielle, souvent abrégé par le sigle I.A, est par définition la recherche de moyens pour égaliser voir dépasser les capacités intellectuelles propres à l’homme en dotant des machines, des systèmes informatiques, de la disposition à penser, à assimiler, à réfléchir, à comprendre, à s’adapter, voir même à posséder ses propres sentiments et jugements de façon autonome.

 

Cette recherche d’aptitudes imitées de l’homme ne date pas d’hier et pourtant constitue toujours aujourd’hui l’un des points chauds de la science ; déjà depuis plusieurs siècles l’homme étudie sa propre complexité, car il est inné chez lui que dès sa naissance, il ait des prédispositions dans certains domaines. Le cerveau dont il dispose est notamment d’une complexité extrêmement importante, lui permettant de raisonner et de comprendre par apprentissage ; il lui sert également dans la perception visuelle (interprétation des images et des scènes) et auditive (compréhension du langage parlé).

Il paraît tellement difficile de reproduire les processus de notre cerveau qu’il est sensé de penser que l’égaler ne se fera pas avant des décennies de recherches approfondies.


Pourtant ce tâtonnement dans ce domaine part d’une constatation : l’homme malgré se dont il est doté est dépassé par la complexité de plus en plus grande du monde dans lequel il vit !

Une comparaison bien simple va nous permettre d’éclairer cette observation.

Prenons une calculatrice, personne ne sera étonné à ce qu’elle puisse effectuer des calculs complexes en une fraction de secondes, ce dont nous sommes bien incapables !

Quand bien même nous avons conçu cette calculatrice, que nous lui avons inculqué toute l’arithmétique, toute la connaissance mathématique appartenant à notre savoir : il nous manquera toujours une chose considérable, celle qui nous fait défaut face aux calculatrices (même les plus bas de gammes comme la casio que possédait mon père au collège il y a 40 ans), aux ordinateurs et aux calculateurs : c’est la rapidité à laquelle ils sont capables de traiter l’information ! De résoudre en un claquement de doigt des milliards et des milliards de calculs, quand nous nous n’avons pas encore enlevé le capuchon de notre stylo Bic préféré !

 

Malgré ce fait nous allons tout de suite « casser » la croyance populaire, en effet il ne faut pas confondre intelligence et automatisme. La calculatrice par exemple n’est pas intelligente !

Beaucoup de personnes pensent que parce qu’elle a la capacité de faire telle ou telle chose qui nous parait tout à fait incroyable, elle est intelligente, or ceci est faux : puisqu’elle ne sait pas, elle même, qu'elle fait des calculs !

En somme ici, elle exécute une tâche, n’importe laquelle, du moment qu’on le lui ait demandé et qu’elle en est capable. Elle résout donc une suite algorithmique, comme on le lui a apprise, sans réfléchir d’aucune sorte : « à quoi va donc pouvoir servir ce calcul ? » ou encore « que se passera t-il demain si mes piles s’épuisent ? », « que vais-je devenir ? ». Tout cela passe au dessus d’elle, elle n’est qu’une imitation grossière de notre intelligence, elle est seulement capable de résoudre des problèmes et c’est précisément ce qu’on appelle l’I.A faible !

 

Au contraire de cette I.A faible, pâle copie « simulant l’intelligence » mais qui est pourtant extrêmement présente dans notre société ; notamment dans tous les systèmes en temps réel ayant besoin d’une force de calcul conséquente (calculatrices, ordinateurs et calculateurs) et dans tout ce qui s’apparente à un outil accroissant exponentiellement dans certains domaines notre rapidité de réponse, il y a de l’autre : l’IA forte qui est de ce qu’il y a de plus abouti en terme d’intelligence artificielle ! L’I.A forte peut non seulement "réfléchir" mais aussi éprouver des "sentiments".

En terme général ce genre de machine saura s'adapter et agir seule, intelligemment, à toutes les situations qui se présenteraient. Ces machines ne sont donc plus de simples outils mais bien des intelligences à proprement parlées, dotées d’une conscience tout comme l’homme ainsi que de tous ses attraits et qui s’orientent d’avantage vers un modèle idéal d’intelligence :

 

« Supposons qu’existe une machine surpassant en intelligence tout ce dont est capable un homme, aussi brillant soit-il. La conception de telles machines faisant partie des activités intellectuelles, cette machine pourrait à son tour créer des machines meilleures qu’elle-même ; cela aurait sans nul doute pour effet une réaction en chaîne de développement de l’intelligence, pendant que l’intelligence humaine resterait presque sur place. Il en résulte que la machine ultra intelligente sera la dernière invention que l’homme aura besoin de faire, à condition que ladite machine soit assez docile pour constamment lui obéir. ».

Description d’un possible avenir de l’intelligence artificielle faite par le professeur I. J. Good.

 

Mais pour le moment, aucun programme n'est réellement capable de répondre pleinement à l’I.A forte. Depuis le milieu du XXème siècle l'I.A est pourtant en constante évolution, ses capacités ont fait d'elle le « phénomène » du siècle dernier. Ainsi remonter aux origines nous permettra peut-être de comprendre son évolution, ses ambitions, son utilité, car tout ce que nous connaissons aujourd'hui et qui se rapporte à l'I.A est le fruit de nombreuses recherches dont la naissance date du XXème siècle.

Alors, l'évolution de l'intelligence artificielle, intimement liée à l'essor des capacités matérielles de cette époque, a t-elle impliqué un bouleversement dans la société du XXème siècle ?

Animé dans cet esprit, c'est précisément ce qu'essayera de mettre en lumière ce blog TPE. Nous tenterons donc de déterminer précisément son impact sur la société du XXème siècle. En effet, les avancées d'hier collaborent aux inventions et progrès de demain. Ceci après avoir introduit son fonctionnement suivant notamment les deux approches introduites plus haut : j'ai nommé l'IA Forte et l'IA Faible.

 

Bonne lecture : « C'est pas sorcier : les langages de programmation ». 

 

Note :

Un ordinateur typique de 1970 effectuait 107 opérations logiques par seconde tandis que le cerveau humain en effectue grossièrement 2 x 1014 par seconde.

En 2005, un microprocesseur typique en réalisait 1011par seconde...

Ainsi aujourd'hui le superordinateur le plus avancé au monde, situe ses opérations en pétaflop, précisément 2,566  pétaflop, c'est à dire près de 2.5*1015opérations logiques par seconde. (Petite anecdote : l'équivalent d'une journée de travail de "RoadRunner"(son nom) serait possible si : «  les 6 milliards d'êtres humains de cette planète calculaient 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pendant 46 ans » )...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires